More Website Templates @ TemplateMonster.com - October 10, 2011!


Ph. des participants à la séance tenue à Goma (ph crédit Ir Muhongya Berekia)

Présentation de l’auto-évaluation du SENASEM par coordinateur provincial assisté par le Chargé de Suivi et Évaluation de l’UCP, Daniel BUNAMBO

Du lundi 8 au 12 Novembre, les partenaires d’exécution du PASA-NK ont été en atelier d’autoévaluation avec l’Unité de Coordination du Projet à Goma. Ces travaux visaient à tirer des leçons des saisons passées afin de fixer le PTBA2021 sur des indicateurs concrets et réalisables dans le délai. Ces travaux vont guider la planification du PTBA 2021 (Plan de Travail et Budget Annuel).

Au cours de cet atelier, les partenaires d’exécution du projet ont présenté les réalisations déjà accomplies selon leur secteur d’activité. Pour la saison de septembre 2019, les partenaires au projet PASA-NK ont accompagné 5627 bénéficiaires. Ils ont été appuyés dans les activités de productions agricoles. Ils sont repartis comme suit 1200 producteurs de Maïs en territoire de Rutshuru et 857 producteurs de Riz en territoire de Beni. 500 producteurs de Pomme de terre, dont 100 producteurs à Nyiragongo, 125 producteurs à Masisi, 275 producteurs à Lubero, ont été accompagné. Pour la culture de café arabica, 3070 caféiculteurs ont été accompagnés en travers deux coopératives de café à savoir Kawa Kabuya et Kawa Kanzururu. Et une coopérative est en cours de montage dans le territoire de Rutshuru. Cependant, le nombre de bénéficiaires a été augmenté au cours de la saison B2020. Les partenaires d’exécution du projet ont accompagné 9412 producteurs dont 423 dans la culture du riz, 762 dans la culture de la pomme de terre, 863 dans la culture du Maïs et 7364 producteurs dans la filière de Café arabica.

Travail en carrefour de l’équipe du SYDIP, chef de file de la filière Pomme de terre

Les chiffres à retenir sur les réalisations de l’année 2020

Malgré la crise sanitaire, les activités agricoles appuyées par le PASA-NK se sont poursuivies. Mais elle a réduit considérablement les déplacements des acteurs du projet. Au cours deux saisons culturales successives : A 2020 (septembre 2019) et B 2020 (Février Mars 2020), le volume de l’appui du projet à chaque producteur a été structuré comme suit :

Champs de MaÎs

Principalement produit dans le territoire de Rutshuru dans le cadre du PASA-NK. La culture du Maïs présente des chiffres suivants : Chaque producteur a exploité une superficie de 25 ares et a reçu un appui de 6,25 kg de semence. L’apport du projet a été de 90% alors que le producteur a contribué à 10% au cout de la semence. Les variétés utilisées sont le ZM625 et ZM627.  Pour la saison B 2020, chaque producteur de Mais a exploité 50 ares et a reçu 15 kg de semence de Mais de variété ZM627. L’organisation faitière de cette filière est la COOCENKI (Coopérative Centrale du Kivu).

Lors de la mission conjointe de supervision UCP-FIDA-GOUVERNEMENT en Octobre 2020 dans un champs d’adaptation au CAPSA/Luotu

 La pomme de terre réunit trois territoires à savoir Masisi, Nyiragongo et Lubero. Durant la saison A 2020 (Septembre 2019), chaque bénéficiaire a exploité une moyenne de 10 ares. Il a reçu un kit d’intrants agricoles dont 200 kg de semence de pomme de terre, 20 kg d’engrais (15kg de DAP et 5kg Urée) et 500 gr de produits phytosanitaires.  La part du projet a été de 90% contre 10% du bénéficiaire de la valeur des intrants reçus. Les variétés utilisées sont le Kinigi et Carolus. Dans les territoires de Masisi et Nyiragongo, les producteurs préfèrent la variété Kinigi. Par contre, dans le territoire de Lubero, les producteurs bénéficiaires du PASA-NK cultivent les deux variétés. Elles sont toutes fournies par des entreprises semencières œuvrant au Nord-Kivu. La superficie par producteur est restée en moyenne à 10 ares par producteurs avec le même volume d’intrants comme la saison A 2020. Le SYDIP (Syndicat pour la Défense des Intérêts des Paysans) est l’organisation cheffe de file.

La ministre provinciale de l’agriculture, Dr Hassan Fatuma Sheilla dans un champ de riz à Beni avec la présidente de la LOFEPACO, Kahambu Benigne

La culture du riz est axée dans le territoire de Beni. A la saison de Septembre 2019, chaque producteur a été appuyé en intrants agricoles sur une superficie moyenne de 50 ares. L’appui du PASA-NK a été de 32,5kg de semences de riz et 100 kg d’engrais (50kg DAP et 50kg urée). Le projet a apporté un appui équivalent en 90% de la valeur des intrants et le producteur a contribué à la hauteur de 10%. La variété de riz  est le Nerica4. Elle est fournie par une entreprise semencière œuvrant au  Nord-Kivu. Et pour la saison de Mars 2020, les producteurs ont gardé la même superficie moyenne. L’appui de PASA NK a été constitué de 30kg de semence par producteur et 100 kg d’engrais (50 kg DAP et 50 Kg d’urée) par producteur. C’est la LOFEPACO (Ligue des Femmes Paysannes du Congo) qui est l’organisation cheffe de file.

La part des anciens bénéficiaires est monté à 30% et pour les nouveaux à 10% à la saison de Mars 2020. Ceci pour toutes les filières précitées. Pour les filières Mais, pomme de terre et riz, deux récoltes ont été réalisées dont la première récolte intervenue à partir fin décembre 2019 jusqu’en Mi-mars 2020 et la deuxième récolte a été réalisée en juillet-Aout 2020. 

Café arabica exposé le 1er Octobre 2020 à l’ONAPAC/Goma lors de la célébration de la journée internationale du café-cacao

La filière du Café arabica est spéciale et conduite par Rikolto. Elle couvre aussi trois territoires : Lubero, Beni et Rutshuru. Pour les territoires de Lubero et Beni, elle est en plein développement à cause des coopératives Kawa Kabuya et Kawa Kanzururu longtemps accompagnées par Rikolto. A Rutshuru, Rikolto se débat pour la mise en place d’une coopérative. Et d’ici le 8 Décembre elle pourra voir le jour à travers sa première assemblée générale. Cependant, les travaux accomplis dans le cadre du projet PASA-NK ont consisté à l’installation des pépinières, de la production des plantules de café arabica. Pour les anciens vergers de café exploités par les coopérateurs, l’activité principale a été la récolte des cerises, le processus de certification biologique et la facilitation des petits caféiculteurs à l’accès au marché international de café. Pour le café, trois campagnes ont été effectives à savoir la campagne de Mars- Mai 2019, celle de Septembre –décembre 2019 et celle de Mars- Mai 2020. Ces campagnes consistés au moment des achats et se terminent par l’exportation du café.

Et la FOPAC/NK…

 

La FOPAC/NK dans son rôle de renforcement des capacités des dirigeants des OP et de la communication du PASA-NK a aussi accompli des avancées considérables. Et la COVID-19 s’est invitée pour bloquer plusieurs activités de formations planifiées au cours de l’année 2020. Seulement quelques activités d’appui à la communication du PASA-NK ont été réalisées. La production de la périodique « Wakulima Amkeni » (Journal imprimé à l’intention des OP et services étatiques bénéficiaires de l’appui du PASA-NK) et de l’émission radio du même nom (réalisée en Swahili à l’intention des producteurs agricoles et d’autres acteurs du projet). La FOPAC/NK a aussi accompagné le PASA-NK dans la couverture médiatique de toutes les activités externes du projet tel que les ateliers, les missions de supervision et les remises de véhicules, motos et d’autres fournitures d’appui institutionnel… Les autres activités freinent par la pandémie pourront suivre dans la planification de 2021… Sans oublier l’audit genre et les diagnostics effectués dans tous les organisations bénéficiaires du projet. Ces outils vérifient la viabilité des organisations impliquées dans le projet et le respect du genre.

Et la part des services publics

Les inspecteurs territoriaux et provincial en carrefour pour l’auto-évaluation de leurs services dans le PASA-NK

Les services publics sont en train de se relever grâce au PASA-NK. Selon eux, leurs conditions de travail ont déjà changé grâce aux acquis du projet. De la mobilité des inspections provinciales et des moniteurs territoriaux jusqu’à l’équipement des bureaux en fournitures et matériels informatiques : ils ne peuvent que se réjouir. Mais le projet attend plus d’eux que d’autres partenaires d’exécution. Ils doivent assurer la durabilité des acquis du projet dans le temps et l’espace. Pour le SENASEM, ils ont même allé au-delà de ce que le projet les appeler à exécuter compte de bonnes conditions. Ils ont validé une très grande superficie au-delà de ce qui est prévue dans le projet. Une note favorable prouvant à suffisance l’amélioration de travail. Et malgré le manque de la semence de pré-base dans le milieu d’exécution du projet, ils ont noté une amélioration dans le rendement des producteurs. Mais grâce au CAPSA/Luotu qui va avoir une dotation d’équipement des laboratoires pour les analyses et la production des vitro-plants. Il faut aussi noter que les inspections (agriculture et développement rural) font désormais de mission de supervision sans beaucoup de contraintes grâce aux véhicules octroyés par le PASA-NK. Tout comme le Service National des Statistiques Agricoles (SNSA) qui conduit des enquêtes afin de valider les données produites par le projet. Ces services sont : L’Inspection provinciale de l’agriculture, l’inspection provinciale de Développement rural, le Service National des semences du Nord Kivu, le service National des statistiques agricoles du Nord Kivu, le CAPSA Luotu, l’ONAPAC Goma et Beni, l’Université catholique du Graben. L’Université Catholique du Graben va appuyer le CAPSA dans les recherches agronomiques grâce à l’appui du PASA-NK.

L’appui institutionnel du PASA-NK

Lors de la remise officielle des véhicules aux partenaires d’exécution du PASA-NK au gouvernorat du Nord-Kivu

Plusieurs matériels nécessaires ont été donnés durant cette année. Cela malgré la pandémie de la COVID-19. Pour cette année, des véhicules 4X4 ont été octroyé aux partenaires d’exécution : cheffes de file et les services étatiques impliqués dans le projet. Mais aussi de Moto AG100 pour les moniteurs et encadreurs des services étatiques (inspection du développement rural, de l’agriculture, Service National des Statistiques Agricoles, ONAPAC, …). Sans oublier les fournitures de bureau pour tous les partenaires d’exécution. Grâce à cet appui institutionnel, les partenaires d’exécution du PASA-NK ont salué la souplesse de l’UCP… Et se réjouissent de cet appui qui vient une nouvelle fois booster leur travail que ça soit sur terrain comme au bureau. Pour les organisations cheffes de file, chaque chargé de suivi et évaluation possède une tablette pour le faciliter la collecte des données sur terrain.

Ce qui a été très remarquables…

La situation sécuritaire dans les zones d’intervention du projet a été l’une des contraintes remarquées chez tous les partenaires d’exécution du PASA-NK. L’approche de subvention parait incompatible avec certains bénéficiaires. Cela pousserait certains bénéficiaires d’abandonner en cours de chemin. Pour les services étatiques, « La crainte est là. Les bénéficiaires ne comprennent pas l’impact de la subvention des intrants dans le projet », s’interrogeaient les inspecteurs de l’agriculture dans leur groupe de travail. Ainsi, ils ont proposé la révision de la politique de subvention et l’adapter à la capacité des bénéficiaires. A cela s’ajoute aussi le retard dans la construction des infrastructures notamment les routes et les bâtiments (entrepôts, centres de collecte, les laboratoires). Les participants ont recommandé à ce que la ratification du financement OFID soit faite pour intégrer le PTBA 2021. Selon eux, cela empêche aux paysans de jouir directement l’impact du projet.

Ce rendez-vous pointe juste au moment où le projet atteint deux ans d’exécution. Pour cette nième activité organisée cette année, celle-ci place les bénéficiaires au-devant de la scène et interroge les partenaires d’exécution sur l’état de lieu du projet dans les zones d’intervention. Et ce n’est pas fini, ils vont poursuivre la planification du 13 au 18 Novembre…

Notons que ce projet est une intervention du gouvernement congolais avec un appui financier du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID).

A noter que la Ligue des Organisations des Femmes Paysannes du Congo, LOFEPACO en sigle, Chef de file Riz dans le PASA NK a pris part à cette séance.

                                                        Source : https://ajacrdc.org/

 


 

Vous avez aimé cette publication? Cliquez sur les boutons ci-dessous pour partager ce cintenu à vos amis


(