More Website Templates @ TemplateMonster.com - October 10, 2011!


Ph. Champ du riz de Kyatenga en territoire de Beni

La Ligue des Organisations des Femmes Paysannes du Congo, LOFEPACO    en sigle est connue pour son implication dans l’encadrement des producteurs/trices du riz dans les territoires de Beni et de Lubero en province du Nord-Kivu. Cette organisation a eu une bonne  côte  de la part des consommateurs du riz suite à la production du riz de qualité. Les paysannes de Kasindi, Kyatenga, Kyatsaba se réjouissent car cette culture a augmenté leur chiffre d’affaires et leur mode de vie s’améliore du jour le jour.

Cette organisation paysanne  intervient indirectement dans tous ces axes à travers ces organisations membres  qui sont : APADER pour les axes Mwenda ; Mutwanga et Lume ; SYDIP pour les axes Mavivi ;Eringeti ;Mbau ;Kalibo ;PREPPYG ; dans le secteur de Bapère en territoire de Lubero. LA LOFEPACO comme plate-forme intervient dans la culture essentiellement dans les axes de Kyatenga et de Kyatsaba. La plaine de Kyatenga est une vaste étendue de terre située  en territoire de Beni dans le bassin hydrographique du   fleuve Nil longée par la rivière Semuliki qui en constitue l’une de ses sources.   La plaine comprend 2 Parties : l’une est occupée par le parc de Virunga constitué par une savane boisée au sud-ouest et vers le Nord par une forêt dense. L’autre partie située à l’est du parc, celle qui est destinée à l’agriculture est un milieu avec un sol volcanique noirâtre  avec un climat chaud. Avant l’année 2003 ; cette partie était presque inexploitée sauf quelques champs de petits exploitants avec de petites étendues entretenues par une main d’œuvre familiale. Ils y plantaient du coton, manioc, du maïs, café et arachide.  C’est à partir de 2003, que la culture du riz fut introduit dans cette plaine avec les essais, un animateur du SYDIP et APADER dans le site COTONGO et on a constaté que la culture du riz pouvait bien prospérer dans cette plaine.

            En 2007, avec l’expansion du projet CATALIST vers le Nord de la province du Nord Kivu, financé par IFDC (International Fertility Developpement Center), la Ligue des Organisations des Femmes Paysannes du Congo a été sélectionnée parmi les organisations facilitatrices des chaines de valeur des produits agricoles, Augmenter le revenu agricole de la population à travers les techniques d’intensification agricole dans la région  et apprendre  à la population à pratiquer le système de warrantage en attendant un marche rémunérateur de leur produits

 

 Le début des travaux de la culture du Riz dans la plaine de Kyatenga remonte à l’année 2007 avec   les activités de  la LOFEPACO avec l’appui  de l’IFDC qui est un Centre International pour la e Fertilité des sols et  le Développement Agricole dans le projet CATALIST  qui encadre les producteurs dans le souci d’accélérer l’adoption de la gestion intégrée de la fertilité du sol qui permettra d’augmenter le rendement des cultures tout en protégeant la base de l’environnement .

                       ENCADREMENT DES RIZICULTEURS PAR LA LOFEPACO          

Tout au début les agronomes avaient du mal à convaincre les producteurs à appliquer la GIFS  croyant que les sols de la plaine de Kyatenga sont naturellement riches et que les engrais coutent cher et même d’autres pensaient que les engrais détruisent le sol.  Pour les amener à l’adoption de la GIFS les agronomes utilisent la méthode comparative dans la quelle on compare deux champs l’un avec l’utilisation des engrais et l’autre sans engrais. Les résultats comparatifs ont suffis pour faire voir aux producteurs l’importance de l’engrais dans l’augmentation du rendement.

            Pour chaque adoptant on utilisait l’engrais sur les 10 ares dans les quelles on utilisait la GIFS  et une autre superficie de 10 Ares sans appliquer le la GIFS . Nous organisons des journées champêtres dans ces champs avec les  producteurs  dans l’objectif de faire des comparaisons sur différents paramètres comme par exemple : l’état de la végétation, le nombre des talles, la hauteur de la plante, la hauteur de l’épis. Ainsi, dès la levée jusqu’à la récolte, les deux champs (avec GIFS, sans GIFS) servaient  eux-mêmes des matériels de vulgarisation .Actuellement le producteur au lieu d’utiliser  10 ares qu’il utilisait parfois après beaucoup des peines a commencé à utiliser 20,30,même 60 ares pour le petit producteur et 1 hectare ou  3 hectares pour les grands producteurs . Pour amener les producteurs à la conviction totale de l’utilisation de la GIFS , à la fin de la récolte ,dans les préparations de la saison suivante , nous organisons des séances de formations sur le calcul de rentabilité .

Dans les interventions en faveur des producteurs, la LOFEPACO appui ceux-ci en semences de riz.

 Pour la saison A de 2012 la LOFEPACO a distribué  4500 kg   de semences de riz  dont 4000kg de la variété suparica II  en provenance de NACECO en Ouganda; et 500kg de la variété IRAT 112en provenance de l’INERA  YANGAMBI  à 108 riziculteurs de la plaine de Kyatenga et d’autres se sont procurés eux-mêmes de la semence.  La ligue appui aussi les producteurs en engrais inorganiques et en pesticides importés de Kampala.

Pour cette année la LOFEPACO comme plate forme  a emblavée  75hectares  dont 15 ha avec utilisation des engrais et le rendement a été de 4 tonnes par ha et la production moyenne sur cette surface est  60 tonnes. La superficie restante soit 60 hectares a été cultivée sans intensification avec un rendement moyen de 2 hectares. La production moyenne sur les 60hectares est 120 hectares. Donc la production totale pour la semence distribuée (4500 kg) est de 180 tonnes.

            Pour cette saison la moyenne de la superficie emblavée par producteur dans la plaine de Kyatenga est de 0 ,5 hectare pour les petits producteurs qui sont estimés aujourd’hui à 1080 riziculteurs  installés dans 9 villages de la plaine de Kyatenga : il s’agit des villages Ndaryi. Cotongo ; Ighaviro ; Kyatenga ; Kanyatsi ; Ihunga ; Kaluvula ;Kikarara et Kitunga

 

           

Villages

 Superficie moyenne emblavée par producteur

Rendement moyen par ha

1

NDARAYI

50hectares

 2 tonnes

2

COTONGO

IGHAVIRO

KITUNGA

50hectares

2tonnes

3

KYATENGA

KANYATSI

KIKARARA

60hectares

2 tonnes

4

IHUNGA

30hectares

2 tonnes

5

KALUVULA

60hectares

2 tonnes

 

TOTAL

260hectares

 

Production moyenne  pour les petits producteurs dans ces différents villages : 520 Tonnes de paddy

 

La LOFEPACO travaille également avec les grands producteurs

 

NOM

SUPERFICIE EMBLAVEE

NOMBRE DE TONNES PAR HA

PRODUCTION TOTALE

OBS

1

KAMBASU SIVUNAVIRWA

13 hectares

2 ,5 tonnes par ha

32,5 tonnes

 

2

TRUDO

7 hectares

2,5 tonnes par ha

17,5 tonnes

 

3

PENDANI

10hectares

2,5tonnes par ha

25 tonnes

 

4

KATSONGERI

7,5 hectares

2 tonnes par ha

15 tonnes

 

5

TITO

3 hectares

4 tonnes par ha

 12 tonnes

Utilisation des engrais chimiques

6

MUKUVI

4 hectares

2, 5 tonnes par ha

10 tonnes

 

7

JEAN PAUL

2 hectares

2,5 tonnes par ha

5 tonnes

 

8

WIKONGO KABWANA

4 hectares

2,5 tonnes par ha

10 tonnes

 

 

TOTAL

50,5 hectares

 

127  tonnes

 

Toujours dans le cadre de l’encadrement des producteurs dans cette partie de la province la LOFEPACO assurent le rôle de facilitateur dans la chaine de valeur du riz ; elle facilite les concertations des acteurs qui interviennent dans la filière riz qui permettent d’échanger sur  les problèmes des uns et des autres  en vue de trouver  des solutions durables et qui arrangent tous les acteurs qui interviennent dans les riz. Nous citons les producteurs , les transporteurs ; les transformateurs ; les commerçants et les institutions de micro finances qui appuient financièrement les producteurs par l’octroi des crédits .   C’est dans ce cadre que la LOFEPACO a crée en 2006  la Caisse d’Epargne et de Crédit Agricole des Femmes Paysannes CECAFEP en sigle pour financer les activités agricoles des femmes paysannes.     

Grace à cet encadrement technique des producteurs le rendement qui était de 200kg sur les 10 ares et de 2 tonnes à l’hectare sans utilisation de la GIFS est passé 500 KG sur les 10 ares et de 5 à 6 tonnes à l’hectare avec  utilisation de la GIFS.  Avec la GIFS bien maitrisée il y eu augmentation de la production du riz et du mais et des arachides. la hausse de la production a provoqué des effets positifs sur l’augmentation du revenu des producteurs et un changement dans leur qualité de vie. Les producteurs sont parvenus à résoudre les problèmes vitaux. Les uns sont parvenus à construire des maisons en tôles dans leurs milieux respectifs ; rechepteliser leurs élevages et assurer la scolarisation des enfants ; assurer les soins médicaux des membres de leurs familles

            Certains maris qui refusaient d’aider leurs épouses dans l’accomplissement des activités des champs car ils disaient qu’elles ne sont pas rentables commencent à les accompagner aux champs et collaborent même dans la destination du revenu qui a augmenté voir même quadrupler après l’adoption de la GIFS que la LOFEPACO a introduit dans la plaine de Kyatenga issu de la vente du riz 

               POTENTIEL DE PRODUCTION DU RIZ PAR LA LOFEPACO

La Ligue des organisations des femmes paysannes du Congo a un potentiel élevé de la production du riz dans le territoire de Beni. Dans tous les axes de production du riz  la LOFEPACO y est omniprésent à travers ses associations membres qui sont actives dans toutes les zones rizicoles  du territoire.

Dans ses activités agricoles la LOFEPACO organise et encadre les riziculteurs principalement dans la localité de Kyatsaba et dans la plaine de Kyatenga où les saisons culturales sont reparties au cours de toute l’année. Dans la plaine de Kyatenga la grande saison commence au mois d’Aout (semis) jusqu’ au mois de Février  qui correspond à la fin de la récolte . Pour l’année 2012  la production  a atteint 1000 tonnes  de paddy à Lubirihia. Grace aux succès obtenus dans la riziculture la LOFEPACO attire aujourd’hui plusieurs investisseurs qui appuient cette organisation féminine dans la promotion de la riziculture. Plusieurs bailleurs s’intéressent à la culture du riz et aujourd’hui la LOFEPACO gèrent 4 programmes riz tous complémentaires mais chacun avec sa spécificité.

  1. Programme PIA I et II avec l’appui financier de VECO/RDC: qui octroi de semences de riz aux riziculteurs ; construit des infrastructures de bases comme les entrepôts. c’est avec son appui que la LOFEPACO a construit les entrepôts de Kyatsaba et de Kasindi/Lubirihia
  2. Programme Catalist I et II avec l’appui financier de l’IFDC : qui renforce l’intensification agricole avec l’utilisation de la GIFS (gestion intégrée de la fertilité du sol) et le développement de pôles d’entreprises agricoles et  a donné beaucoup de machines agricoles tels batteuse ; décortiqueuse ;semoir épandeur et motoculteur ;batteuse trieuse. Il assure aussi de nombreuses formations sur la GIFS ; le calcul de rentabilité et sur les techniques de warrantage.
  3. Programme CORDAID  phase I et phase II : dans la phase une ;cet organisme  basé aux Pays- Bas a facilité la LOFEPACO a acquérir les semences améliorées qu’elle a obtenu de L’INERA YANGAMBI  pour faires les essais d’adaptation . Dix variétés de riz sont aujourd’hui en essai d’adaptation dans le territoire de Béni et pour certains la phase de multiplication et vulgarisation va bientôt commencer.  Ces  10 variétés sont : IRAT 112 ; LIENGE ; LIOTO ; BAIBING ; NERICA 7 ; NERICA 4,NERICA 6 ; INERA 7,  SUPARICA 2, LIBOGA, IRAT 7

             Donc avec ses semences la LOFEPACO  a ouvert la porte de collaboration  et de coopération avec l’INERA YANGAMBI         qui est un centre de recherche agronomique. Avec cette coopération la LOFEPACO va se hisser à un niveau supérieur et sera une plaque tournante dans le développement de la riziculture en territoires de Beni et de Lubero voir même dans toute la province du Nord Kivu.

 Le programme riz CORDAID compte aussi appuyer les riziculteurs dans la professionnalisation agricole en assurant des formations sur le calcul de rentabilité ; l’élaboration de plans d’affaire et sur le traitement et conditionnement du riz. Il va aussi renforcer les équipement les producteurs de riz avec des machines tel que les décortiqueuses performantes ; les batteuses et autres machines en vue de produire un riz de qualité avec un taux de brisure inférieur à 40 % .

    4. Le programme ICCO : ce programme s’intéresse à la gestion des risques et catastrophes liés à la gestion du revenu ; à l’entreposage et aux maladies dans les zones rizicoles .ICCO va appuyer ainsi la LOFEPACO dans la lutte contre les mauvais herbes et le striga qui menace les céréales et particulières le riz .

 

En plus de 4 programmes nous ajoutons l’appui du gouvernement congolais à tous les niveaux . L’ Etat congolais est parmi les grands partenaires de la LOFEPACO dans son processus de la promotion de la Riziculture . Il a octroyé à la LOFEPACO 4 tracteurs ; il nous assiste dans le lobbying et il  a accompagné  la LOFEPACO à Yangambi pour obtenir les semences améliorées . Nous citons particulières les services de l’ETAT  SENASEM  qui continue à faire le suivi des champs des essais d’adaptation et de multiplication des semences. Nous soulignons aussi l’accompagnement par l’inspecteur de l’agriculture pêche et élevage ainsi que son Ministère de tutelle ;

Tous ces paramètres  sus mentionnés  montrent que la  LOFEPACO  est incontournable dans la production et  la  commercialisation du riz dans la province du Nord Kivu et témoignent de sa capacité de  l’encadrement et de la promotion des riziculteurs en territoire de Beni

INFRASTRUCUTURES ET MACHINES AGRICOLES SOUTENANT LA RIZICULTURE

Dans la plaine de Kyatenga  ,la LOFEPACO intervient dans la mécanisation agricole pour faciliter les travaux des producteurs . Elle a importé beaucoup des machines agricoles qu’on retrouve rarement dans les autres coins de la Province du Nord Kivu.

Voici la liste des différentes machines déjà disponibilisées en faveur des riziculteurs de la plaine de Kyatenga :

  • Quatre tracteurs avec remorque obtenus au près du gouvernement Congolais : ceux-ci interviennent beaucoup dans les travaux préparatifs des champs. Ils présentent des avantages suivants : travail bien et vite fait, sol bien ameubli, moindre fatigue. Il convient à signaler que pour la saison A de l’année 2012 qui a commencé au mois de juin 2012 les  2 tracteurs ont permis de répondre à  32 demandes dans l’intervalle de trois mois pour une superficie de 26 hectares et 40ares.  Deux associations membres de la LOFEPACO notamment UFAP et IFED viennent d’acquérir chacune un tracteur .
  • Un motoculteur : avec cette machine ; il y a diminution des dépenses chez les producteurs car très moindre cout de consommation du carburant. Mais il est indiqué de travaillé sur les champs qui sont déjà travaillé par le tracteur. A la récolte ; le chariot du motoculteur intervient dans le transport des fardeaux du lieu de production jusque dans les entrepôts. Ceci toujours dans le cadre de faciliter le producteur car il a un moindre consommation du motoculteur qui conduit au moindre cout de transport
  • Une batteuse des céréales : elle diminue la fatigue et la perte du temps que causait le battage manuel. La batteuse arrive à faire 2,5 tonnes par jour elle   intervient beaucoup dans la GIFS car elle diminue le risque de perte des résidus de récolte.
  • battage faite directement au champ de production. Ce qui permet la récupération en 100 % des résidus de récolte pour l’apport de la matière organique
  • Le semoir épandeuse : il est appliqué dans la nouvelle technologie qu’on appelle « ZERO LABOUR » . Il épand la semence et l’engrais
  • La décortiqueuse mobile : toujours pour approcher le producteur la LOFEPACO a mis à la disposition des producteurs du riz de la plaine de Kyatenga ; une décortiqueuse mobile et de bonne qualité faisant des navettes dans le champ des producteurs pour décortiquer sur place le paddy. Cette machine permet  d’obtenir du riz blanc de bonne qualité préféré dans le marché prêt pour le marché. Ainsi le producteur est épargné des couts de transports.
  • Deux décortiqueuses fixes : l’un est installé dans le champ auprès des producteurs et l’autre dans le centre urbain de LUBIRIHIA
  • Deux moulins en farine : qui permettent aux producteurs de se procurer facilement de la farine de manioc pour leur repas quotidiens. Si on considère la valeur de cet arsenal du matériel agricole que la LOFEPACO a mis à la disposition de producteurs agricoles de la plaine de Kyatenga elle oscille autour de 100 000 dollars que la Ligue a investi dans le secteur agricole.

                          UNE BATTEUSE EN PLEIN TRAVAIL A  KYATENGA ETUN TRACTEUR

En plus de ces machines agricoles la LOFEPACO  a deux grands entrepôts d’une capacité chacune de 300 tonnes situés respectivement à Kasindi /Lubirihia et à Kyatsaba . En outre ces entrepôts  centraux sont aidés par de petits entrepôts de collecte du riz situés à coté de champ servant de transit avant d’acheminer le riz  dans l’entrepôt central par le  véhicule  de la LOFEPACO.

PERSPECTIVES D’AVENIR

Estimation de  l’évolution de l’offre  et de la demande du riz  au cours de  5 prochaines années

Cet exercice d’estimation s’est effectué lors de la réunion des acteurs intervenant dans la chaine de valeur riz à Beni  au cours de l’évaluation du plan d’action riz sous la facilitation de VECO /RDC. L’exercice a consisté à estimer le potentiel de la production du riz selon les axes de production. En même temps ; la demande globale est évaluée en raison d’une consommation moyenne annuelle par habitant de 3kg de riz.

ANNEE

DEMANDE TOTALE (en tonnes)

OFFRE CYCLE LONG

OFFRE CYCLE COURT

OFFRE TOTALE

ECART OFFRE -DEMANDE

2012

21822 ,48

11976

19244

31220

9397,52

2013

22502,04

11976

19244

31220

8717,96

2014

23224,95

11976

19244

31220

7995,05

2015

23949,99

11976

19244

31220

7270,01

2016

24724,97

11976

19244

31220

6495,04

Il ressort de ce tableau que la demande du riz va continuer à augmenter chaque année et les potentialités en offre du riz continue aussi à augmenter et reste toujours supérieurs par rapport à la demande. L’écart entre l’offre et la demande montre qu’un excédent de riz est obtenu après avoir satisfait toute la demande potentielle dans les territoires de Beni et de Lubero.

Avec une population estimée actuellement à 5 500 000 habitants  et avec l’implantation d’une brasserie à Beni utilisant le riz comme matières premières   dans le Nord Kivu il y aura certainement de nouveaux besoins et la demande  pourra continuer à  augmenter. La LOFEPACO compte augmenter sa production  et son offre pour  cette saison et la portée jusqu’à 1500 tonnes dans la plaine de Kyatenga et  à 1000 tonnes dans la localité de Kyatsaba pour atteindre une offre totale de 31 220 tonnes dans tous les axes rizicoles des territoires de Beni et de Lubero pour  satisfaire d’abord le marché locale  et  exporter le riz vers d’autres provinces  du pays qui continuent à importer du riz. Pour faire face à la concurrence du riz importé la LOFEPACO  compte améliorer la qualité du riz par l’acquisition dès cette année  d’une décortiqueuse performante et par l’encadrement et formation des riziculteurs sur les techniques post récolte et de conditionnement.

 

L’intégration ou  la collaboration entre producteurs de riz représentés par la LOFEPACO et   le transformateur du riz en boisson représentée par BRASSIMBA  est une nécessité et un facteur de développement des uns et des autres.

D’une part La LOFEPACO  comme une organisation paysanne de base composée des producteurs agricoles   spécialisés dans la culture du riz a une responsabilité économique de disponibiliser la matière première à l’entreprise  qui vient s’implanter à la base.  Pour cette responsabilité la LOFEPACO vient de prouver sa capacité économique avec les 300 tonnes entreposés aujourd’hui dans son entrepôt de Kasindi Lubirihia et ses potentialités de  produire du riz et disponibiliser le produit toute l’année car travaillant dans plusieurs axes où la  saison culturale  s’étend sur toute l’année.

D’ autre part la société BRASIMBA a la responsabilité sociale d’acheter  directement auprès des producteurs du riz pour contribuer à la hausse du revenu du paysan producteur  et celui-ci pourra améliorer ces conditions de vie et avoir la capacité financière de consommer le produit de Brasimba et une complémentarité pourra s’installer entre les deux organisations pour se développer mutuellement.

                                                           Service de Communication

Vous avez aimé cette publication? Cliquez sur les boutons ci-dessous pour partager ce cintenu à vos amis


(